Mon carnet de plongée - n°4 - Celle où j'ai échangé tout mon équipement

Plongée #51

Roatan, Honduras – 7 Août 2006

Paramètres : profondeur max 13m, temps de plongée 37 minutes.

Oui, je sais, tous les Divemasters l'ont fait. Mais je m'en souviens encore si bien. Pour tous les non-Divemaster d'entre vous, ceci est l'une des épreuves pratiques de la certification : descendre avec son binôme et échange TOUT son matériel (mis à part sa combinaison), soit masque, détendeur, lest, palmes, stab...tout ceci en utilisant une seule source d'air pour deux et en se passant le détendeur chacun à son tour. Pour le fun, quoi.

Notre instructrice nous dit, à Rachel (mon-meilleur-binôme-de-ma-vie) et moi, de choisir notre équipement et de prendre ce qui nous paraît le mieux. Rach regarde mes palmes et me dit, dubitative : "mmm Frenchie, il n'y a pas moyen que je rentre dans tes palmes de Minipouce". (Oui, parfois on me loue des palmes pour enfants, parce qu'elles me vont. J'ai pris l'habitude d'emmener les miennes, du coup). Oublions donc mes palmes, botillons et palmes réglables pour tout le monde... Donc on bricole dans la salle à équipement, on met discrétos un peu de lest dans nos stabs, on dit adieu à nos potes et nous voilà parties.


Une fois sous l'eau, on s'installe dans le sable à 10 mètres de fond et notre instructrice bien-aimée nous regarde, imperturbable. Avec la position du corps qui dit "Quand vous voulez, hein". OK. On peut y arriver. J'ai confiance en Rach, elle a confiance en moi, on a une conso d'air raisonnable, on plonge ensemble deux à trois fois par jour depuis les deux dernières semaines, ça va aller. Mais j'admets, j'y ai pensé : "Bon c'est que 10 mètres, tu peux toujours remonter si besoin. Pense à vider tes poumons pour éviter un accident, parce que ce serait assez con comme manière de se déchirer un poumon".

Et c'est parti. Pas si bêtes, on s'est mis d'accord avant sur quelle partie et dans quel ordre, donc l'une d'entre nous retire son détendeur et nous entamons la danse de la respiration : deux aspirations profondes, rendre le détendeur. Faire des petites bulles, attendre qu'il revienne. Le reprendre, respirer, etc. En même temps, on commence à échanger nos masques, décidées à commencer par le plus dur vu qu'on sera aveugles quelques instants. Et bizarrement, ça se passe bien. On échange nos stabs sans les lâcher, alors que l'une s'occupe du détendeur et l'autre de réenfiler la stab. Il faut VRAIMENT faire confiance à quelqu'un pour laisser cette personne gérer votre source d'air et vous la mettre dans la bouche puis la reprendre. (et j'ai confiance en Rach, même si un jour je vous raconterai comment elle m'a perdue sous l'eau un jour à Bali, et comment je l'embête avec ça depuis même si ça s'est bien terminé).


Le reste de l'exercice se passe à merveille et quelques minutes plus tard (qui paraissent bien plus longues) j'ai sur moi l'équipement complet de mon binôme. On se sourit, notre instructrice à l'air satisfaite et nous voilà en train de remonter. De retour sur la terre ferme, elle nous note 4 sur 5, disant que c'était un peu lent mais qu'on s'est bien débrouillées. - Vous voulez le refaire demain et tenter d'avoir 5 ? - Euuuuuh...je crois que ça ira, merci. On est des fainéantes, on est contentes avec un 4. Et à la place, on s'est offert une Pina Colada bien méritée.

Et nous avons fini par être certifiées Divemasters, toutes les deux. A ce jour, Rach se surnomme "la Divemaster à la retraite", même si c'est toujours ma binôme préférée. Quant à moi, je m'apprête à sortir de ma retraite, justement. Et on aime toujours autant jouer sous l'eau, mais sans s'échanger notre équipement.

Archives
Tags
Mon roman ?
Allô ? Contact form

Updates by email

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!