Le VRAI élève à problème (chapitre 2)

October 10, 2013

Après quelques emails de supplication ou de devinettes, je renonce à faire durer le suspense plus longtemps. Voici la suite...

Jour 2, suite: après notre désastreuse matinée, je pleure un bon coup sur une épaule compatissante, je me fais un bon déjeuner puis je me prépare pour retourner dans la piscine avec mon élève et son traducteur. J'essaye d'être créative pour ne pas me noyer de désespoir. Je vire la combi 5mm pour la remplacer par une 3mm et réduire le lest (tant pis, il aura froid), j'essaye de trouver d'autres façons d'expliquer les exercices (par exemple trouver un moyen de remettre sa ceinture de lest sans avoir à la soulever autour de sa taille...) et puis j'essaye de comprendre comment apprendre à quelqu'un à palmer, tout simplement. On se remet à faire les trucs du masque, on y passe une bonne heure juste pour ces exercices, puis une heure sur la flottabilité, puis le reste et un peu de natation...Après plus de 3 heures j'ai dépassé mon quota de patience de la journée et j'ai le sentiment qu'on va me sanctifier, ou que lorsque je vais sortir de l'eau il y aura une petite troupe de comédie musicale pour chanter et danser et dire combien je suis formidable. Mais non, que dalle. Donc je range le matériel et je vais faire un gros dodo. 

 

Jour 3 : de retour dans l'océan pour plongées 3 et 4. J'ai réduit le lest avec la combinaison 3mm donc je peux maintenant soulever la ceinture de D., on progresse. Pour la plongée 3 il faut remplir et vider son masque à nouveau, et n'écoutant que mon courage je n'abandonne pas. Nous commençons la plongée avec ce truc du masque (au moins s'il essaye encore de se barrer je ne serai pas saturée en azote si je dois remonter), mais après BEAUCOUP de grimaces et avoir soufflé 10 fois dans le masque en question, il y arrive. Par contre, la flottabilité...est inexistante. Je monte et descends tellement pendant cette plongée (et on parle de 15 mètres max de profondeur, hein) que lorsqu'on arrive au palier de sécurité en fin de plongée mon ordi n'est vraiment pas content et bippe dans tous les sens et m'augmente mon temps de palier. Super. Le seul point positif, c'est que D. respire comme un bébé éléphant donc la plongée dure 30 minutes. Ce qui est déjà suffisamment crevant avec lui. 

Une fois de plus sur le bateau j'explique à nouveau la flottabilité grâce à mon traducteur, mais j'ai l'impression que ça ne sert pas à grand-chose vu qu'il n'arrive pas vraiment à se servir de palmes ou à rester horizontal. 

Pour la dernière plongée, en plus des exercices de flottabilité, il faut qu'il enlève et remette son masque. Bizarrement, il arrive à flotter entre deux eaux, mais dès qu'il essaye de s'allonger pour palmer, pouf il recommence à faire le yoyo. Pour le masque je le fais donc se mettre à nouveau à genoux pour pouvoir le contrôler un peu et éviter qu'il prenne la poudre d'escampette. Je lui signale qu'il doit enlever son masque, je vois dans ses yeux qu'il a un peu la trouille et qu'il se concentre à fond. Il enlève le masque...et plus rien. Il est immobile, il tient le masque devant lui, mais il se concentre tellement sur arriver à respirer sans son masque, visage froncé, respiration super rapide, qu'il oublie qu'il faut le remettre. Après quelques secondes je pousse ses mains et le masque vers sa figure, ça le réveille et il le remet, puis le vide avec visiblement beaucoup d'efforts.

 

Sur le trajet du retour, j'ai une petite conversation avec moi-même : techniquement, il a fait tous les exercices. Pour la plupart il a fallu s'y reprendre, parfois il n'est pas très à l'aise, mais il les a fait. Il a tout fait dans la piscine, il a survécu à 4 plongées, tout ce qui est marqué dans le manuel du parfait instructeur de plongée il l'a exécuté. Malgré ça, l'envoyer plonger en binôme ou en groupe, c'est juste dangereux et vraiment pas une bonne idée. Avec une certification Open Water, il peut louer du matériel et aller plongée avec un pote. Je l'imagine aussi dans un groupe de plongeurs et la tête du pauvre guide qui conduira ce groupe avec D. parmi les plongeurs : un cauchemar. Et puis surtout, il n'arrive PAS à plonger.

Donc avec une fois de plus l'aide de mon traducteur, pour la première fois je dois expliquer à quelqu'un que je ne peux pas le certifier. Je le certifie comme Scuba Diver, ce qui veut dire qu'il a complété la moitié du programme et qu'il peut plonger à 12 mètres avec un instructeur (et je plains déjà le prochain qui l'emmènera....). Mais il devra refaira l'autre moitié du cours et je lui suggère qu'il s'entraîne un peu à palmer et qu'il fasse quelques plongées avant d'essayer à nouveau. Il est souriant et gentil comme ces trois derniers jours, il me remercie dix fois pour le cours et demande à son traducteur de me dire qu'il comprendre et qu'il va s'entraîner comme un élève discipliné. Et alors que je me dis que peut-être il devrait plutôt essayer le tennis ou le curling, je suis un peu compatissante pour lui qui a tellement essayé et pas du tout réussi. 

 

Clairement, certaines personnes ne sont juste pas faites pour être sous l'eau, mais c'est un peu délicat de leur dire comme ça. C'est comme si j'essayais le saut en parachute alors que je ne sais pas voler et que j'ai le vertige, pourquoi donc ça me viendrait à l'idée ??

Une fois de plus, les gens ne cessent de me surprendre.

 

Please reload

Please reload

Archives
Tags
Please reload

Mon roman ?

Updates by email

Allô ? Contact form

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!