Pendant les dernières semaines...

November 7, 2013

...ben j'ai plongé presque tous les jours. Parce qu'en fait, c'est mon job. Et même quand je ne dois pas y aller, j'ai quand même envie d'y aller. (Maintenant, sans déconner, lesquels d'entre vous chers amis ont envie de faire leur activité de boulot quand ils ne sont pas au boulot ? Hein, qui ? Je parie que PERSONNE. Mwahahahaha.)
Voici quelques petites histoires du dernier mois, juste pour vous distraire.


Quelque part lors de ces dernières semaines, l'activité a enfin commencé à ralentir un peu après des mois de débordés total (en gros ça veut dire que je peux espérer prendre plus d'une journée tous les 15 jours). Pour la première fois depuis des semaines mon nom n'est PAS sur le tableau (voir ci-dessous), ce qui veut dire que je n'ai pas à aller plonger le lendemain, et aussi il y a de la place sur le bateau. On m'informe aimablement que bien sûr je peux aller plonger sans clients si je veux (pour la première fois depuis juin je crois).

 

Quand on emmène tous les jours plonger des gens, et qu'on est en charge de leur sécurité, qu'il faut leur montrer des trucs et les rendre heureux, aller plonger sans PERSONNE à surveiller ce n'est pas très souvent. Donc je rassemble en un claquement de doigts quelques volontaires (des amies qui sont aussi des pros et qui savent ce qu'elles font) et nous voilà partis à Toyapakeh, mon site préféré. La règle générale de la plongée est "on remonte quand quelqu'un n'a quasi plus d'air". Quelle plongée MAGNIFIQUE ce fut. Non seulement la visibilité est parfaite mais il n'y a pas un poil de courant, ce qui sur ce site précis arrive à peu près une fois toutes les six lunes quand c'est un jour pair, si vous voyez ce que je veux dire. On trouve des TONNES de bêbêtes cool, même pas des trucs incroyables hein, mais des trucs cool. Pour commencer, je me mets à l'eau et descends peinard et quelque part vers 35 mètres de fond j'assiste à une baston de deux secondes éclair entre un poulpe et un baliste de taille respectable. Morsure, jet d'encre, escapade du poulpe réussi, et moi j'ai le détendeur qui m'en tombe presque de la bouche tellement c'est super génial. Je suis dans mon petit monde à moi, je tourne la tête une fois de temps en temps pour m'assurer que ma binôme Jacqui est toujours là, on se balade peinards, chacune devant notre petit spectacle des poissons qui font leurs vies de poissons. Je peux faire coucou aux poissons comme ça m'arrive souvent vu que tout le monde aujourd'hui s'en cogne, je peux rester devant le même corail pendant cinq minutes vu que personne ne me suit, je peux tourner autour des trucs ou me mettre la tête en bas ou m'asseoir dans l'eau pour regarder le spectacle, sans que personne ne tente de faire pareil et échoue lamentablement et s'écrase comme une grosse patate sur le récif. Je remonte sur le bateau avec un sourire qui dépasse un peu de ma figure tellement il est grand.

Pendant ces dernières semaines, j'ai aussi eu un élève Open Water VRAIMENT bon (qui était aussi brésilien et tout à fait charmant, ce qui ne gâche rien n'est-ce pas). Quand c'est comme ça, c'est juste fantastique. On fait la piscine, c'est facile, on se dit que celui-là il va le faire, on se met à l'eau et hop deux minutes après le début de la plongée, il a compris. Bien sûr il fait toujours un peu le yoyo, mais instinctivement, il sait. Il me regarde alors qu'il commence à remonter un peu, il expire, il voit que ça marche et qu'il redescend, il sourit et il me signale un million de fois OK avec des yeux écarquillés tellement il en prend plein les mirettes. Bref, c'était chouette. Après son cours on a fait deux plongées, il a terminé en train de flotter tranquille la tête en bas à côté d'une tortue, comme s'il plongeait depuis six mois. La classe.

 

J'ai aussi fait des plongées sur des sites un peu nouveaux ou encore ceux où on ne va pas très souvent. Avec un peu moins de clients on peut être un peu plus flexible, c'est bien. Enfin sauf celle où l'eau était à 20 degrés, là c'était juste glagla.

Enfin, j'ai fait un baptême qui s'est avéré vraiment chouette, même si pas facile, avec un couple qui devait avoir pas loin de l'âge de mes parents (ce qui n'est pas une insulte je précise, salut Mam, salut Papa). Lui s'est parfaitement débrouillé dans la piscine mais elle pas vraiment, elle avait la trouille et envie de remonter tout le temps, à me dire qu'elle ne pensait pas qu'elle allait le faire. Donc je lui explique qu'elle n'est obligée de rien du tout, qu'on va mettre son bloc sur le bateau au cas où elle change d'avis, mais que si elle préfère aller se balader avec son tuba aucun souci. Nous arrivons sur le site, très peu profond, on voit les petits poissons qui nagent, et elle me dit "Si on y va je peux te tenir la main ?", ce à quoi je réponds que oui bien sûr. Nous voilà donc à l'eau, puis dans quatre mètres sous l'eau, et cette dame qui était morte de trouille et de panique deux heures plus tôt fait une plongée tout à fait honorable de 35 minutes en me tenant la main. Elle était très fière d'elle à la remontée et moi aussi, elle m'a remercié un million de fois ce qui fait toujours plaisir, n'est-ce pas.
 

Sinon, vous savez ce que je fais le mois prochain ? Je me fais une petite semaine de vacances plongée. Je vais suivre quelqu'un qui est payé pour ça lui aussi, ce quelqu'un trouvera des trucs à me montrer, je ne m'occuperai de personne sous l'eau ou de savoir si quelqu'un a oublié son masque. Ah oui et c'est pas tout, je fais ça à Bornéo, y compris Sipadan. REQUINS !!!!

 

Please reload

Please reload

Archives
Tags
Please reload

Mon roman ?

Updates by email

Allô ? Contact form

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!