La fin de la saison

Novembre a été rempli, bien rempli même je dirais. Mais lentement nous arrivons à la période de l'année où l'île est plus calme, plus tranquille. La première pluie est arrivée, plus tôt que prévu. Tout un tas de potes sont partis, parce que le boulot se fait rare pour les gens qui travaillent à droite à gauche, donc ils sont allé voir ailleurs si l'eau était plus bleue. Avec plus de temps libre, j'ai recommencé à écrire un peu, même si je travaille sur deux trucs à la fois sans bien savoir si l'un ou l'autre aboutira à quelque chose. On verra.


Bref, novembre c'était bien. Plongée presque tous les jours, pas mal de cours. Comme tous les ans j'ai aussi vieilli d'une année, et ça ne m'a pas troublée du tout. C'est marrant comme avant c'était quelque chose qui me démangeait un peu, de prendre une année de plus, et maintenant je m'en fous un peu. Je viens d'avoir 35 ans et ça va très bien, merci.


Bizarrement, en novembre j'ai fait pas mal de cours avec des binômes de filles. Le premier binôme était deux soeurs, super adorables et qui se sont amusées comme des folles sous l'eau comme peuvent le faire des soeurs. Elles se marraient dans la piscine, se tiraient la langue quand elles enlevaient leur détendeur, etc. L'une d'elle est institutrice, ce qu'elle ne m'a pas dit jusqu'à la fin du cours, en ajoutant "Tu es une bonne prof, j'ai eu l'impression qu'on allait assez vite pour faire tout ça mais que quand j'avais besoin tu m'a laissé tout le temps pour pouvoir y arriver". Ah ben, merci !

Le binôme de filles suivant étaient des amies, des collocs, étudiantes en médecine. Des filles très sympas aussi, qui étaient complètement fascinées par tout sous l'eau et me posaient des millions de questions sur les poissons et autres trucs. L'une d'entre elles avait quelques difficultés avec les exercices de masque et n'arrêtait pas de s'excuser, donc je n'arrêtais pas de lui dire que ce n'était pas grave de retourner dans la piscine et de recommencer jusqu'à ce qu'elle y arrive. Elle a fini par y arriver et elle était super fière d'elle et du coup moi aussi.


Le dernier binôme de filles étaient aussi des amies, et les deux avaient eu de mauvaises expériences de baptêmes de plongée et donc elles se poussaient mutuellement pour faire le cours ensemble. Sauf que pour la première fois depuis bien longtemps, l'une d'entre elle a abandonné avant la fin. La piscine s'était bien passé, nous étions prêtes pour aller plonger et une intoxication alimentaire me cloue au lit pendant 24 heures donc le lendemain c'est ma collègue Jo qui les emmène plonger. A leur retour, elle me dit que l'une des élèves abandonne et qu'elle a péniblement réussi à rester 5 minutes sous l'eau. Après m'être assise pour causer un peu avec mon élève, elle m'explique qu'elle a eu un sérieux accident de voiture il y a deux ans et que la voiture a fini dans l'eau avec elle dedans. Ma foi, je comprends que ça stresse un peu d'être sous l'eau après ça. Nous avons tout de même terminé la théorie, j'ai rempli les papiers pour qu'elle puisse terminer le cours ailleurs si elle souhaitait, et elle m'a dit "J'ai encore deux mois devant moi, peut-être que je reviendrai pour qu'on termine". J'espère qu'elle le fera.


Une autre aventure plaisante ce mois-ci : sauver une personne à moitié noyée à cause d'un peu de palmes-masque-tuba (ou snorkeling comme on dit aussi), dans le style "Alerte à Malibu" (le maillot rouge en moins). Durant l'un de ces cours mentionnés ci-dessus donc, je suis au site appelé Pontoon en train de m'occuper de mes oignons. Pontoon comme son nom l'indique est un site où on trouve trois pontons amarrés au fond de l'eau peu profonde à cet endroit, c'est un bon site pour les plongées de formation : pas profond, pas de courant en général, facile. Ces pontons sont surtout utilisés par des énormes bateaux qui viennent de Bali à la journée pour amener des touristes faire du snorkeling, du toboggan et autres conneries du même genre. Donc pendant quelques heures chaque jour l'endroit est envahi de bateaux et de touristes en gilet de sauvetage. Bref, revenons à mon histoire. Donc je me mets à l'eau avec mon premier élève pendant que le deuxième est en train de se préparer sur le bateau avec notre stagiaire Jenia. Je fais surface après le premier exercice de remontée d'urgence, je nage vers le bateau quand Jenia me dit "euuuh il y a une dame sur le ponton qui n'a pas l'air d'aller très fort". Effectivement, il y a un attroupement sur le ponton à 50 mètres de là avec une femme allongée sur le dos qui n'a pas l'air de remuer beaucoup. Bon. Je soupire, j'enlève mon équipement et je nage jusqu'au ponton, j'offre poliment mon aide aux deux indonésiens qui sont agenouillés près de la madame, aide acceptée avec force hochement de tête. Ils lui enlèvent son gilet de sauvetage (et vous vous demandez, comment peut-on tenter de se noyer avec un gilet de sauvetage ? Eh ben moi non plus, JE NE SAIS PAS !). Elle respire à peine, est à moitié consciente, les yeux qui roulent dans les orbites et un pouls pas très vaillant. Super. Je repousse l'attroupement d'autres touristes majoritairement chinois sauf celle que j'ai trouvé qui parle anglais et j'essaye de dire à la madame de bien respirer grâce à ma traductrice sans être bien sûre qu'elle entend quoi que ce soit. Je commence à me demander si elle ne va pas complètement tomber dans les vapes quand elle commence à tousser. Nous y voilà...je demande aux deux secouristes de fortune de l'assoir et comme attendu elle se met à vomir partout (y compris sur ma combi), elle avait dû avaler deux bons litres d'eau de mer avant que quelqu'un se rende compte que le snorkeling c'était pas son truc. Donc vomi et encore vomi, jusqu'à ce qu'elle commence à aller mieux et à respirer un peu mieux. Pendant ce temps, l'infirmier de service à bord du bateau est finalement arrivé et donc comme cette pauvre madame a l'air d'aller mieux, je m'en retourne à mes élèves.

Et puis novembre tout d'un coup est devenu calme et il était temps d'aller se faire quelques plongées pour le FUN. Nous avons passé deux jours à plonger essentiellement avec le staff, une journée autour des îles ici pour voir des nouveaux sites et une journée sur les côtes de Bali. Il y a un monde entre emmener des clients sous l'eau et plonger pour plonger avec quelqu'un qu'on connaît. Pas besoin de vérifier leur air, de vérifier ce qu'ils font, de voir s'ils peuvent gérer un courant. Je n'avais pas de doutes sur le fait que ma collègue Jo et moi étions une bonne équipe sous l'eau. On se comprend sans se parler sous l'eau, elle nage trois fois plus vite que moi du coup elle trouve des trucs à me montrer puis attend patiemment que je fasse des photos, elle se marre quand je fais "Ooooh" dans mon détendeur quand elle me trouve un cool nudibranche et elle me laisse faire ma vie.


On dirait donc que nous sommes prêtes pour nos petites vacances de plongée demain. Je retourne à Bira, après presque deux ans. Certains d'entre vous savent que c'est un endroit important pour moi, il est temps d'y retourner à présent.

Ensuite, ce sera l'heure de rentrer en France pour un mois ou deux, je suis bien contente mais j'ai un peu la trouille de savoir si je vais supporter mon premier hiver depuis deux ans et être loin des poissons et de la mer plus de 3 semaines. A suivre...






Archives
Tags
Mon roman ?
Allô ? Contact form

Updates by email

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!