Les vacances surprise

June 30, 2015

Suite à mes précédentes aventures, l’oreille n’allait pas mieux, et j’ai commencé à en avoir un peu ma claque d’être assise sur une chaise au bureau, mais surtout je commençais à me demander si ça allait s’arranger. Donc j’ai boudé deux ou trois jours en pleurnichant, puis j’ai étudié les options possibles, et puis je me suis levée un matin et j’ai acheté un vol pour Paris.

Ce fut un peu soudain comme qui dirait, pas du tout prévu surtout que j’étais à Paris en février, et d’un coup dimanche je réserve un billet et mardi je suis à l’aéroport avec des chaussures et un jean et prête à y aller. Parfois, il suffit juste de décider de régler un problème.

 

Donc c’est ce que j’ai fait les premiers jours, aller voir le docteur, faire des examens, prendre des cachets. On m’informe finalement que mon oreille n’est pas cassée et qu’avec un peu de temps et le bon traitement ça devrait s’arranger. Et effectivement déjà après deux jours ça allait nettement mieux et je n’avais pas l’impression d’être sur un bateau ou ivre en permanence niveau équilibre, donc ensuite j’ai profité des vacances. J’ai mangé du fromage et bu du vin, j’ai ripaillé avec les copains et pris ma dose de rigolade et de câlins potesques, j’ai fait du manège avec mon neveu et profité de la famille et des looongues soirées de juin. J’ai été courir souvent, c’est tout de même plus facile quand le taux d’humidité n’est pas de 99%.

 

Je ne sais vraiment pas pourquoi je suis rentrée en janvier cette année, enfin si je sais, mais juin tout de même c’est vachement mieux. La prochaine fois, mettre Noël en juin par exemple. Il fait plus chaud, les gens sont bientôt en vacances ils sont plus contents, on peut faire des barbeuques avec les copains, il fait encore jour à 21 heures.

 

Bref, tout a filé super vite comme quand on a des choses à faire et des gens à voir, puis le docteur m’a dit que je pourrais reprendre le boulot en rentrant et donc évidemment j’avais envie de rentrer vu que ça faisait plus de 6 semaines que je n’avais pas mouillé ma combi.

 

Rien à voir mais dans le même temps, j’ai réalisé que  les tumultes du monde moderne n’ont pas le même impact sur moi quand je suis sur mon ile. A Paris, c’est les chaînes d’info en continu, les journaux dans le métro, les journaux au comptoir, le kiosque à tous les coins de rue…pas tout à fait pareil que de lire Le Monde sur sa tablette les fesses dans son hamac. Du coup, la dose élevée de l’Etat Islamique, la dette grecque, les tueries, la politique française, les réfugiés et tout, ça tend à me faire perdre toute foi en l’humanité. Et j’essaye vraiment de ne pas perdre toute foi en l’humanité voyez-vous, même si ce n’est pas tous les jours facile.

 

Je suis donc rentrée chez moi, j’ai trouvé mes copains et mes collocs là où je les avais laissés deux semaines plus tôt, j’ai monté mon équipement et je suis retournée à l’eau. Toute la première plongée je me disais « putain mais c’est vraiment canon la plongée j’avais presque oublié !!! ». Autant vous dire que je suis plutôt super contente de reprendre le boulot.

 

A toute chose malheur est bon comme dirait l’autre, j’ai appris ma leçon : plus JAMAIS je ne plonge avec un rhume, parce que ça ne vaut pas du tout le coup pour sauver une journée de boulot de se flinguer presque deux mois et de s’amocher l’oreille interne.
Sur ces bonnes paroles, je retourne à mes poissons. Amour et Joie. 

 

 

 

 

Please reload

Please reload

Archives
Tags
Please reload

Mon roman ?

Updates by email

Allô ? Contact form

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!