Comment on se rencontre

August 12, 2015

(La minute de “vis ma vie” : pendant que je suis en train de noter des idées pour ce billet que vous êtes en train de lire présentement, Cody et moi sommes assis à une table dans un hôtel à Bali en train de causer, et il dit “C’est toi qui fait bouger la table avec tes genoux ?”. Et puis ensuite : “Ah non, c’est un tremblement de terre”. Normal, quoi.)

 

 

Récemment des circonstances m’ont amené à réfléchir à la façon dont on rencontre les gens. Ou comment des situations improbables vous amènent à rencontrer des gens qui vont devenir des amis merveilleux, ou encore comme un truc qui démarre en sentant le moisi peut devenir un truc super. 
Prenons par exemple ma BFF (Best Friends Forever, je sais c'est mignon) que je me coltine depuis mes 18 ans. Les premiers mois je l'ai trouvé bruyante et fatigante, et puis elle voulait me piquer le mec sur qui je louchais alors ça n'a pas aidé. Mais elle ne m'a pas laissé tranquille et puis ensuite pouf, nous voilà BFF depuis 18 ans avec des rires, des larmes et tout le reste. On poursuit des chemins complètement différents, mais ça ne fait rien, elle est toujours le yin de mon yang ou un truc du genre. Elle me manque et j'aimerais bien que quelqu'un invente enfin la télétransportation pour qu'on puisse se boire une bouteille de vin ensemble de temps en temps. 

 

Il y a quelques jours j'étais assis avec un ami, d'autres amis se joignent, et l'un d'entre eux nous demande comme on s'est rencontrés. On échange un regard un peu gêné et je dis "Grâce à un ami commun". C'était une moitié de vérité, nous nous sommes rencontrés à l'enterrement de notre ami en question. Autant vous dire que, de cette situation qui m'a causé tellement de larmes et de peine les deux dernières années et qui est toujours comme un petit trou noir dans mon âme, se dire qu'un truc bien allait en sortir c'était inespéré. Et pourtant. Comme quoi, à toute chose malheur est bon, comme disait l'autre. 

 

Encore un autre exemple : mon stage de Divemaster il y a 10 ans. J’ai rencontré une fille et on s’est bien entendues tout de suite, on ne s’est plus vues pendant 5 ans mais on est restées en contact et puis un jour je lui ai proposé de venir passer des vacances en Indonésie, c’était super. Tellement bien qu’on a recommencé l’année suivante, et j’espère qu’on recommencera encore et qu’on reprendra la conversation là où on l’a laissée il y a 3 ans. 

 

Un exemple encore plus improbable : une personne rencontrée en ligne sur un forum d’écrivains en herbe, on échange et on discute et puis on finit par aller boire un café et puis plusieurs cafés et puis des déjeuners et on finit par passer des heures à se balader dans les rues de Paris en se racontant nos vies, comme si on avait 15 ans alors qu’on en a plus de 30. 

 

Comme quoi ne sait jamais ce qui nous attend au coin de la rue (ou de la plage, c’est selon). Parfois les gens arrivent ici sur l’île en disant qu’ils sont là pour 3 semaines et puis ils restent un an ou deux. En étant un peu flexible et ouvert d’esprit finalement tout peut arriver. 

Alors mes amis dont il est question plus haut et puis les autres, continuez à apparaître au coin de la rue / la plage, pour épicer mes journées. Amour et Joie, comme on dit. 

 

(et oui je sais que j'avais dit qu'on parlerait de plongée la prochaine fois, sauf que cette année à nouveau les molas me boudent, donc j'ai décidé de ne pas en parler pour ne pas rajouter à ma malchance molatesque). 

 

Please reload

Please reload

Archives
Tags
Please reload

Mon roman ?

Updates by email

Allô ? Contact form

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!