Un billet pas du tout (mais alors pas du tout) marrant

January 26, 2016

Alors cette semaine, j’ai regardé un film qui s’appelle “Racing extinction”. Ca m’a démoralisée pour la semaine. Je vais vous dire pourquoi: parce que je pense qu’en tant qu’engeance mondiale que nous sommes, nous les humains, nous sommes des abrutis. Et encore, je suis polie. 

 

Ce film explique avec une simplicité déroutante et en utilisant plein de petites histoires ou exemples pour “garder en haleine le spectateur” je suppose, ce que beaucoup d’entre nous savent déjà (ou font semblant de ne pas savoir): on est en train de ruiner la planète à une vitesse telle qu’il est bien probable que dans 40 ans ça soit devenu un gigantesque quasi-désert. QUARANTE ANS. Je ne vous parle pas de vos petits-enfants quand ils seront vieux, moi dans quarante ans je serai encore là et la plupart d’entre vous aussi. 

 

D’ici là, nos petits-enfants ils n’auront jamais vu un rhinocéros, un requin, une raie manta, un tigre, un panda, un gorille. Quand ils diront “ça vit où un tigre?” on leur dira “avant mon poussin un tigre ça vivait dans la jungle, moi j’en ai vu un une fois dans un zoo quand j’étais petite comme toi, mais maintenant c’est fini ils sont tous au ciel avec les requins et les éléphants, et puis la jungle y’en a plus”. Et on aura l’air de gros cons. C’est un peu comme quand je demandais à ma grand-mère si elle avait vu des dinosaures, sauf que là des tigres et des requins on en aura vu. Et puis on les aura exterminés, sciemment. Pas moi personnellement, ni toi, ni toi. Juste nous, comme espèce. 

 

 

D’ici là que j’ai des petits-enfants, on aura utilisé tellement d’énergies fossiles, émis tellement de CO2 et de méthane, vidé tellement les océans et dévasté tellement de forêts, qu’il restera autant de biodiversté que dans une mare. Que les océans ne produiront plus assez d’oxygène. Que la montée des eaux enterrera un certain nombre de villes et de pays. (Et encore ils sont sympas dans le film, ils ne parlent pas de la surpopulation, un problème dont on ne parle pas assez parce que c’est vrai que c’est pas très sympa de dire aux gens de ne pas faire 6 mouflets, mais enfin ça aiderait, parce qu’on est déjà trop nombreux pour les ressources existantes). 

 

Donc voilà, ça m’a déprimée. Je vais vous dire pourquoi: parce que j’ai l’impression de faire ce que je peux (et encore, je pourrais bien mieux faire, mais je suis comme tout le monde, j’ai des faiblesses), mais que ça ne suffira pas. Ca ne suffira pas de refuser les sacs en plastique, de ramasser des déchets tous les jours sous l’eau, d’éteindre les lumières, de choisir ce que je mange, de recycler, de réutiliser, d’acheter moins, de donner de l’argent à des gens qui sont plus déterminés que moi et qui consacrent leur temps à tenter de sauver la planète. Ca suffirait à peine si on faisait tous ça. Et encore. 

 

Alors voilà les amis, d’abord je vous suggère de regarder ce film, parce que ça va vous foutre les boules, et c’est peut-être le coup de pied au cul dont nous avons besoin, collectivement. Moi la séquence où des pêcheurs indonésiens massacrent une raie manta pour fournir la médecine traditionnelle chinoise dont on sait tous que c’est de la connerie en barre (sauf quelques millions de chinois crédules), j’en ai pleuré. Je ne vous parle même pas de la mignonette petite grenouille qui est la DERNIERE de son espèce et dont un mec fait des photos pour une “arche de Noé” photographique pour quand on aura tout massacré, comme ça au moins on aura des photos. Pas super sexy la grenouille comme animal fétiche pour une cause, mais bon sang, c’est la DERNIERE. 

 

Foutons-nous un coup de pied au cul. Foutez un coup de pied au cul à vos amis, vos parents, vos voisins, soyez le casse-pied de service. Regardons un peu plus loin que le bout de notre nez. Arrêtons d’utiliser du plastique à tout bout de champ, achetons des bagnoles électriques, ou encore mieux un vélo, mangeons moins/pas de viande et de poisson, pas de fraises en janvier, recyclons, récupérons, achetons intelligent. Oui il faut toujours aller bosser, s’habiller, se déplacer, tout ça. Mais on peut tout faire moins, ou mieux.  

Si tout ce que je raconte là vous passe au dessus de la tête, vous pouvez quand même vous acheter une bonne conscience de gros fainéant en donnant beaucoup d’argent à plein de gens qui eux, essayent. (Comme par exemple SeaShepherd, Wild Aid, Marine Megafauna, Surfrider, etc)

 

Voilà. Ca change pas grand-chose mais ça fait du bien de l’écrire. Remarquez je dis ça mais au fond j’ai toujours l’espoir que ça change un petit truc, et c’est une goutte d’eau. Plein de gouttes d’eau, ça fait une rivière. Il en faut encore plus pour faire un océan. Les gens de "Racing Exctinction" ils se disent ça aussi et ils ont lancé une campagne qui s'apelle "Start with 1 thing". Un truc à la fois. Allez, un seul truc c'est pas difficile. 

 

Promis, la semaine prochaine je serai plus sympa. Des bisous quand même. 

 

 

 

Please reload

Please reload

Archives
Tags
Please reload

Mon roman ?

Updates by email

Allô ? Contact form

Copyright Ma vie sous l'eau. Toute reproduction interdite sans accord, autrement ça va mal se passer !

Copyright Ma vie sous l'eau. Using this content without agreement is forbidden, if you do so nasty things will happen to you!